Chroniques

6029: Renforcement de la lutte contre l’antisémitisme sur internet

Ces 13 et 14 septembre 2017, se tenait à Paris la troisième session du Dialogue bilatéral France-Israël consacré à la lutte contre le racisme et l’antisémitisme. Ce type de réunion a pour but de permettre aux deux pays d’unir leurs forces pour lutter contre la bête immonde.

Les discussions étaient menées, côté français, par M. François Croquette, ambassadeur pour les droits de l’Homme en charge de la dimension internationale de la Shoah, et, côté israélien, par M. Ran Yaakoby, directeur du département sur la lutte contre l’antisémitisme, pour la mémoire et la dimension internationale de la Shoah, auprès du ministère israélien des affaires étrangères.

Cette entrevue a tout d’abord permis de faire le point sur la lutte contre l’antisémitisme en France. Aux dires des envoyés israéliens, la France fait partie des bons élèves : le nombre d’actes antisémites a diminué entre 2015 et 2016, la sécurité des synagogues et écoles juives a été renforcée, les propos antisémites sont de plus en plus lourdement condamnés par les tribunaux français… Bref, de quoi satisfaire temporairement les autorités israéliennes.

Temporairement seulement car, à la différence de la lutte communiste, la lutte contre l’antisémitisme n’atteint jamais son stade final. Il faut en faire toujours plus, aller toujours plus loin dans la répression. Voilà pourquoi les délégués israéliens ne sont pas venus les mains vides : ils ont amené à leur homologues français un tout nouvel outil de surveillance d’internet, outil qui permet de détecter sur les réseaux sociaux les propos antisémites ou négationnistes.

Quand on sait qu’à l’heure actuelle, une vidéo de Vincent Reynouard tient rarement plus de 48h sur YouTube, on est en droit de redouter ce que nous réserve ce nouvel outil de répression. Il est à craindre qu’il ne vienne sérieusement entraver tous les révisionnistes francophones qui tentent, tant bien que mal, de faire entendre leur voix sur internet.

Il se pourrait aussi qu’il donne du fil à retordre à notre rédaction. Alors, sans plus attendre, aidez-nous à diffuser les thèses révisionnistes ! Rejoignez-nous sur les réseaux sociaux et partagez nos publications : ça ne demande qu’un clic mais ça peut avoir un tel impact.

Internet est notre dernier moyen d’expression : profitons-en tant qu’il est encore temps !

 

Participer au combat !Share on FacebookShare on Google+Tweet about this on TwitterShare on RedditEmail this to someone