Chroniques

6032: Il appartenait aux Einsatzgruppen et n’avait jamais entendu parler de la Shoah

L’Holocauste est un crime imprescriptible : deux nonagénaires allemands pourraient bientôt en faire les frais. En effet, des journalistes de la chaîne de télévision allemande ARD viennent de retrouver la trace de deux hommes qui, d’après les renseignements du Centre Simon Wiesenthal, appartenaient aux Einsatzgruppen.

Le premier suspect, Herbert Wahler, 95 ans, a admis, devant les journalistes, avoir été membre des Einsatzgruppen, mais a refusé de répondre à toute autre question.

Le second suspect, Kurt Gosdek, 94 ans, a lui aussi reconnu avoir appartenu aux Einsatzgruppen et avoir travaillé en Ukraine, en 1941. Toutefois, il assure n’avoir jamais participé à aucun massacre.

Par ailleurs, il ajoute qu’il n’a entendu parler de l’extermination des juifs qu’après la guerre et qu’il a été « surpris » en apprenant pareille chose.

Rappelons qu’il est loin d’être le seul allemand accusé d’avoir participé à la Shoah, à se trouver dans ce cas. En effet, lors des procès d’après-guerre, bon nombre de haut-dignitaires, de médecins, d’ingénieurs , d’industriels allemands n’eurent de cesse de répéter qu’ils n’avaient entendu parler d’extermination qu’après la fin de la guerre.

Karl Wolff
Karl Wolff

Prenons le cas du général Karl Wolff. Bras droit d’Himmler, il aurait forcément dû être au courant du massacre des juifs. Or, toute sa vie, lors des différents procès auxquels il participera, tantôt en tant que témoin, tantôt en tant qu’accusé, il assurera le contraire:

J’ai seulement entendu parlé pour la première fois de la terrible extermination des juifs, et des autres exterminations perpétrées dans les camps à Lublin et à Auschwitz, le 19 mars 1945, alors que le je me rendais en Suisse pour m’occuper des négociations en vue de la capitulation. (TMI, série verte, vol. V, procès d’Oswald Pohl, p. 679)

 

Heinrich Buetefisch
Heinrich Buetefisch

Citons aussi le cas du docteur Heinrich Buetefisch, qui s’occupait de l’affectation au travail pour l’IG Farben, à Auschwitz. Lors du procès de l’IG Farben, il fit cette réponse :

Question : Dr Buetefisch, n’avez-vous jamais entendu quoi que ce soit au sujet des gazages qui sont supposés avoir eu lieu à Auschwitz, ou n’avez-vous jamais rien entendu au sujet d’expériences médicales menées sur des détenus, ou autres choses du même genre ?
Réponse : Non, je n’ai jamais rien entendu de la sorte. J’ai seulement entendu parlé de ces atrocités après la fin de la guerre, quand nous avons été de nouveau autorisés à allumer nos postes de radios. (TMI, série verte, procès de l’IG Farben, p. 776)

 

Walter Duerrfeld
Walter Duerrfeld

Mentionnons enfin le cas du docteur Walter Duerrfeld, qui fut représentant légal de l’IG Farben et chef de la construction et de l’installation des usines d’Auschwitz entre 1941 et 1944, puis directeur des usines d’Auschwitz de 1944 à 1945. Il aurait dû être au première loge pour assister à l’extermination des masse. Or, voici ce qu’il répondit lors du procès de l’IG Farben :

Question : Dr Duerrfeld, lors de l’une de vos visites, ou à une autre occasion, peu importe ou et quand, avez-vous entendu ou vous a-t-on montré quoi que ce soit révélant le gazage d’êtres humains ou de tout autres types d’extermination de masse ?
Réponse : Non, jamais, en aucune façon. (TMI, série verte, procès de l’IG Farben, p. 803)

Participer au combat !Share on FacebookShare on Google+Tweet about this on TwitterShare on RedditEmail this to someone