Chroniques

6036: La technologie au service de la Mémoire

Pour marquer le cinquième anniversaire de son ouverture, le Mémorial des Déportés de la Mayenne se dote d’un tout nouvel outil : une application en réalité augmentée.

Cet outil vient compléter l’exposition du musée à l’aide d’animations en trois dimensions qui s’intègrent à l’exposition, indique le Mémorial des Déportés de la Mayenne dans son communiqué de presse de septembre 2017. Concrètement, le visiteur se promènera désormais dans le musée, muni d’une tablette numérique, et, lorsqu’il placera la tablette devant un objet exposé dans une vitre, une animation 3D apparaîtra alors sur la tablette, animation qui présentera l’objet en le replaçant dans le quotidien des déportés.

Ce sont trois étudiants de l’Université Catholique de l’Ouest qui ont conçu cet outil de réalité augmentée. Leur travail a, entre autres, consisté à modéliser des objets et des personnages puis à les animer. Afin de d’être le plus rigoureux possible, les trois étudiants se sont même immergés deux jours dans le camp de Struthof.

Cette initiative n’est pas ma première à mettre technologie au service de la Mémoire (et probablement pas la dernière nom plus). En 2012, Université de Californie du Sud lançait son projet New Dimensions in Testimony, qui vise à réaliser un hologramme d’un survivant de l’Holocauste, hologramme capable de répondre tout seul à toutes les questions que l’on pourrait lui poser au sujet de la Shoah.

Participer au combat !Share on FacebookShare on Google+Tweet about this on TwitterShare on RedditEmail this to someone